Démarrer la diversification alimentaire

Diversification alimentaire

Bon, le lait, c’est délicieux mais il est temps de passer aux choses sérieuses. Alors quand démarrer la diversification alimentaire ? Par quoi commencer ? En quelles quantités ? Nidz vous aide à poser les bases de l’alimentation de votre bébé. Parce que les repas, c’est sacré ! 

💡💡💡 Pas envie / pas le temps de lire tout l’article ? Voilà l’avis de Nidz en un mot : il n’y a pas d’âge idéal pour démarrer la diversification alimentaire, ce qui compte c’est que votre bébé soit prêt ! Mais en général on commence par les légumes vers 5 mois, puis on introduit les fruits, et on continue avec les protéines à partir de 6 mois. 💡💡💡  Et pour ceux qui ont un plus de temps : bonne lecture ! 

On commence quand ?

Bonne nouvelle ! Il n’y a pas de bon ou de mauvais moment pour démarrer la diversification alimentaire. C’est souvent à partir de 4 mois, mais ça peut être à 5 et si c’est à 6, ça marche aussi. De quoi vous décomplexer, l’essentiel c’est d’être à l’écoute de votre bébé, d’observer son appétit et tout ira pour le mieux !

Et surtout, votre pédiatre vous accompagnera dans cette aventure culinaire.

1/ On commence par les légumes 🥦🥕🥔

Tout le monde a en tête la bonne purée de carottes préparée avec amour ou en petit pot, qui se retrouve jusqu’aux oreilles de votre bébé, non ?

On retiendra donc que la diversification alimentaire démarre avec les légumes, pour éviter que votre bébé ne préfère le goût sucré du fruit (même si on trouve les petits bidous rebondis terriblement craquant !). 

Petite astuce, on démarre au déjeuner, car si jamais votre bébé digère mal, il sera moins dérangé la nuit, et vous aussi ! Les repas c’est important pour tout le monde mais le sommeil aussi 😜

Un légume à la fois

On commence par un légume à la fois, cuit et mixé en purée lisse pendant trois jours pour vérifier la bonne digestion, les éventuelles allergies et habituer votre bébé à ce nouveau goût. On continue par un autre légume pendant trois autres jours et ainsi de suite.

Et dès que les légumes seuls ont été testés et approuvés par votre bébé (le jury le plus exigeant du monde, pire que The Voice), on peut faire des mélanges de légumes.

Votre bébé fait la grimace ? Ce n’est pas forcément un signe qu’il n’aime pas mais qu’il est étonné de découvrir une nouvelle saveur (votre copine Sophie a fait la même moue avec votre filet mignon à l’ananas, vous voyez ?). S’il rechigne vraiment, n’hésitez pas à lui proposer le même légume quelques jours plus tard, il y a de fortes chances qu’il finisse par s’y habituer et apprécier.

Quels légumes et en quelle quantité ?

Carottes, courgettes, brocolis, patates douces, épinards, petits pois : des légumes verts, des légumes orange, il y a de quoi faire ! En purées maison ou en petits pots, l’important c’est de lui faire découvrir et apprécier de nouvelles saveurs.

Suivez votre instinct : les goûts les plus forts ne sont généralement pas les mieux accueillis 🙂 

Entre 4 et 6 mois, on lui donne 2 à 3 cuillerées et on complète à la fin du repas avec un biberon de lait.

Vers 8 mois, environ 180 grammes et on ajoute de la texture en écrasant les légumes dans la purée, pour habituer votre bébé aux morceaux.

2/ Ensuite Les fruits 🍎🍌🍓

Après une première semaine de légumes, on peut introduire un fruit au goûter. Tout pareil que pour les légumes, c’est un fruit par jour pendant trois jours, cuit et mixé en compote lisse. Votre bébé va découvrir et s’habituer au goût, on observe à ce moment-là sa digestion et une potentielle intolérance allergique.

Là aussi, faites-vous confiance : on évite les petits fruits comme le raisin, les fruits secs ou les oléagineux. On attendra que ce soit moins dangereux (en général vers 2 ans, pas avant).

Quels fruits et en quelle quantité ?

Pomme, poire, banane, pêches, abricots, de bons basiques en toute simplicité ! Facile ! ✌️

Avant 6 mois, on donne quelques cuillerées et on complète avec un biberon.

A partir de 6 mois, on peut augmenter les quantités mais on ne dépasse pas les 150 grammes environ. Et on complète toujours avec un petit biberon selon l’appétit.

3/ Et les protéines dans tout ça ?

La viande, le poisson et les oeufs 🍖🐟🥚

Après le plein de 5 fruits et légumes pour démarrer, votre bébé va découvrir de nouvelles saveurs, youpi ! La découverte du monde merveilleux des protéines, c’est à partir de 6 mois, pas avant.

Toutes les viandes doivent être très bien cuites, une cuisson que vous auriez certainement renvoyée au restaurant 🙂 Vous pouvez commencer par les viandes les plus légères, comme le poulet ou le jambon.

Pour le poisson, on ne partage pas son plateau de sashimis, il doit être bien cuit aussi. Et bien écrasé pour vérifier qu’il n’y a pas d’arêtes. Sont interdits les poissons crus, les coquillages crus, les poissons fumés. Ce sera pour plus tard 🙂

Les oeufs peuvent être introduits en entier (le blanc non séparé du jaune) sous forme d’oeufs durs mélangés à une purée pour que cela soit moins sec.

Ah oui ! Et on évite la charcuterie au maximum. Malheureusement, ça reste vrai à tous les âges 🙂

Et en quelle quantité ?

De 6 à 8 mois, on part sur 2 cuillères à café de viande ou de poisson (soit 10 g). De 8 à 12 mois, on double cette portion. Et à partir de 12 mois, petit ogre devient grand ogre : on peut passer à 30 g.

Pour les oeufs, un quart d’oeuf dur par semaine à partir de 6 mois pour bien surveiller les potentielles allergies. Et après on y va pas à pas, avec un tiers à partir de 9 mois, un demi à partir de 12 mois et un entier à partir de 18 mois.

Et comment on s’équipe pour les premiers repas de bébé ? 🥣

Cover diversification alimentaire 2

Vrai à tout âge : un grand bavoir bieeeeen couvrant sera votre meilleur ami ! Le petit plus des bavoirs avec réceptacle ? Ils permettront de réceptionner les petits dérapages et vous aideront à garder la chaise haute et le sol (presque) propres.

Ensuite, il vous faudra de la vaisselle (pardon Nadine de Rotschild mais on ne sort pas l’argenterie, on fait dans l’utile) : on commence avec une petite cuillère adaptée à la bouche de votre enfant, un bol pour y mettre purées et compotes et une tasse avec bec verseur pour lui apprendre à boire tout seul comme un grand.

Puis une fois plus grand, on peut passer au gobelet sans bec verseur. Et on prévoit de la vaisselle bien solide qui résistera aux mouvements encore approximatifs de votre bébé. Pour ça, on vous recommande la vaisselle en silicone et ventousable de chez Ekobo. Là, vous serez tranquille. Avec toute cette panoplie, vous êtes prêts à faire l’avion avec la cuillère de purée !

Chez Nidz, on a rassemblé ces essentiels dans 3 kits adaptés en fonction de l’âge de votre enfant : 

A vous les fourneaux…ou pas !👨‍🍳👩‍🍳

La team Nidz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *